Nos nouveautés

Jean Cocteau écrivait : "La tradition est un mouvement perpétuel, elle avance, elle change, elle vit. La tradition vivante se manifeste partout. Efforcez-vous de la maintenir à la manière de votre époque."
Cocteau avait raison. Les savoir-faire artisanaux sont le fruit d'une réflexion permanente, un flux tendu en effervescence, ils se fondent dans la modernité et les savoirs issus de la tradition sont le terreau grâce auquel fleurissent les idées nouvelles et dont la créativité de chacun se nourrit.

Artisan, on modèle la tradition à son image, presque à son insu, au moment même où les mains s'ébrouent pour donner corps à l'idée créatrice, et faire advenir quelque chose de nouveau.

L'Issoire

Issoire clouté d'or.jpg

Sur le thème des couteaux rattachés à un nom de ville, nous avons imaginé cet Issoire dans l’esprit des couteaux régionaux du XIXe. Son origine précise est incertaine mais il apparait dans les registres des fabricants couteliers thiernois à partir de 1888. Ceux-ci le commercialisent alors à destination des couteliers revendeurs d’Issoire et, devant le succès qu’il remporte, plus largement dans le Puy-de-Dôme, la Haute-Loire et le nord Cantal. Nous avons choisi d’affiner sa silhouette, de créer une mouche et un guillochage particulier et d’ajouter des clous d’or sur son manche, ceci afin de tendre, comme toujours, vers un état d’esprit de coutellerie ancienne.

Manche mammouth clouté d’or, mouche, ressort et lame guillochés, ouvert 24 cm, fermé 12,5 cm.

Le Nemours

Ce sont parfois de tous petits détails qui participent à la création d’un couteau. Pour le Nemours, nous voulions réaliser un modèle pourvu d’une très longue mouche et d’une forme ni trop petite ni trop grande que l’on peut prendre parfaitement en main. A partir de ces éléments, nous avons dessiné ce couteau large mais aussi assez plat, afin que l'on puisse le glisser sans difficulté très près du corps. Le manche ébène se marie parfaitement aux rosettes argent pour un effet sobre et raffiné. Le guillochage du dos de la lame et du ressort est inspiré de modèles de couteaux de table du XVIe siècle.

Manche ébène, rosettes argent, ressort et lame guillochés ou gravés, gravure Bruno Casetto,

ouvert 22 cm, fermé 12 cm.

Le Thiers XVIIIe

L’idée d’injecter au Thiers les gènes de la coutellerie du XVIIIe nous est venue en découvrant un couteau du musée du Louvre signé Beligné, coutelier du Roi à Langres. Cette pièce d’écaille nous avait frappé par l’épure très sobre de ses lignes mais néanmoins à la riche facture. Ses lignes pures et douces, la sobriété du style contrebalancée par la sophistication du décor de l’écaille incrustée d’argent et par la surabondance des gravures en taille douce signaient là la marque d’un grand coutelier. Nous y avons transposé nombre de techniques du XVIIIe sans oublier, bien entendu, l’utilisation de l’écaille de tortue, matériau roi de l’époque.

Manche écaille de tortue sur feuille d'or et maillechort gravé, ressort et lame gravés, gravure Bruno Casetto, ouvert 24 cm, fermé 13 cm.

L’Étui de violon Art Nouveau

Nous avons choisi de décliner cette forme d’Étui de violon avec un décor Art Nouveau. Ce mouvement artistique date de la fin du XIXe. Il a duré à peine 20 ans. Apparu en 1885, en réaction à l’industrialisation des styles précédents, il a laissé la place à l’Art Déco à partir de 1905. L’Art Nouveau s’appuie sur l’esthétique des courbes, des arabesques, de la végétation et de la nature. Il privilégie les représentations de fleurs, d’insectes, d’arbres et d’animaux. La sculpture du manche de mammouth de notre Étui de violon est directement inspirée de ce mouvement aux lignes courbées et très végétalisées. Tout comme la gravure réalisée sur le plat de la lame.

Manche mammouth et mitres sculptés, lame gravée motif Art Nouveau, gravure Bruno Casetto, o. 24 cm, f. 13 cm.

Le Charles-L'Hermitte

Cette pièce a été inspirée par ces grands couteaux luxueux qui suivaient les aristocrates du XVIIIe siècle dans leurs déplacements ou à la cour du Roi. C’est un couteau à dîner, bien entendu, mais aussi un accessoire privilégié du costume destiné à montrer ostensiblement le degré de raffinement de son propriétaire. Objet typique de cabinet de curiosité, il avait vocation de susciter échange, convivialité et rencontre. Le décor argent du manche est spectaculaire et parfaitement symétrique. Nous l’avons observé sur un grand couteau du XVIIIe faisant partie d’une collection privée. Ce décor était tout à fait insolite, nous ne l’avons plus jamais revu sur une autre pièce.

Manche mammouth et incrustations argent,

ouvert 27 cm, fermé 14,5 cm.

Cette pièce a été inspirée par ces grands couteaux luxueux qui suivaient les aristocrates du XVIIIe siècle dans leurs déplacements ou à la cour du Roi. C’est un couteau à dîner, bien entendu, mais aussi un accessoire privilégié du costume destiné à montrer ostensiblement le degré de raffinement de son propriétaire. Objet typique de cabinet de curiosité, il avait vocation de susciter échange, convivialité et rencontre. Le décor argent du manche est spectaculaire et parfaitement symétrique. Nous l’avons observé sur un grand couteau du XVIIIe faisant partie d’une collection privée. Ce décor était tout à fait insolite, nous ne l’avons plus jamais revu sur une autre pièce.

Manche mammouth et incrustations argent,

ouvert 27 cm, fermé 14,5 cm.